Début octobre, les étudiant-e-s du campus 1 de l’université Caen-Normandie ont pu découvrir, lors de leur arrivée à la fac, des inscriptions faisant directement référence au GUD. Le GUD, acronyme du Groupe Union Défense, est une organisation néo-nazie, réputée et reconnue à l’extrême-droite pour ses méthodes extrêmement violentes. Oeuvrant depuis la fin des années 1960, la violence de leurs actions n’est plus à démontrer : entre ratonnades, agressions racistes et homophobes, ou encore attaques de manifestations. Aujourd’hui portée disparue du paysage politique français malgré une tentative de modernisation et de réimplantation sur le territoire avec le Bastion Social (dissous en avril 2019), leurs symboles appartiennent dorénavant au folklore de l’extrême-droite.

Toutefois, l’apparition de ces inscriptions sur les murs de l’université Caen-Normandie est loin d’être lié au hasard. En effet, depuis maintenant un an, l’extrême-droite se fait de plus en plus présente sur notre lieu d’étude :

De la Cocarde étudiante, en passant par l’UNI, à la tournée de Génération Identitaire en février 2020, ces organisations, qui cherchent à s’implanter sur la fac de Caen en se présentant comme “de droite” afin de défendre les fameuses “valeurs de la France” et même l’ensemble de la “civilisation occidentale”, ont toujours salué et partagé les méthodes et les idéaux du GUD.

Quelques faits les plus récents : à l’automne 2019 par exemple, des membres de la Cocarde étudiante, afin de marquer leur retour sur l’université de Nanterre, agressent plusieurs étudiant-e-s de l’UNEF. En mai 2018, dans le contexte de mouvement social contre la loi ORE, ils attaquent en compagnie de l’Action Française, des étudiant-e-s mobilisé-e-s de la Sorbonne.

De la même façon, à l’UNI, s’ils sont aujourd’hui moins dans une conceptualisation de la violence, leurs membres partagent et prônent les idéaux de l’extrême-droite. Durant le mouvement Black Lives Matter, ils n’ont donc pas hésité à faire une “ronde” dans les rues de Caen afin de “surveiller les statues de notre ville”, à l’instar des nombreux groupes fascistes qui firent de même dans toutes les villes du monde. Rappelons d’ailleurs que traditionnellement, et durant l’âge d’or du GUD, l’UNI participa à nombreuses de leurs actions violentes tout en menant diverses listes électorales communes avec elles et eux.

Non, ce n’est donc pas un hasard de voir aujourd’hui apparaître des tags faisant directement référence au GUD sur les murs de l’université Caen-Normandie. Heureusement, de nombreux syndicats, organisations et individu-e-s veillent et contribuent tous les jours à une véritable riposte antifasciste en multipliant les actes de solidarité, comme en témoigne les nombreux messages que nous avons reçu afin de recouvrir ces infamies.

Afin de rappeler, encore et toujours, que l’extrême-droite et ses idées nauséabondes et mortifères n’auront jamais leur place sur nos lieux d’études, dans nos villes et dans nos vies, SL Caen Solidaires étudiant-e-s et toutes les organisations signataires appellent à un rassemblement mercredi 21 octobre à 12h30 devant la présidence de l’université Caen-Normandie !

SL Caen Solidaires étudiant-e-s, Mouvement Jeunes Communistes du Calvados, PCF 14, Caen Antifa, USS 14, FSU 14, UCL Caen, CGT 14, Collectif des précaires de l’université de Caen, FERC CGT14, Sud Éducation Calvados, FSE Caen, AG de luttes contres toutes les expulsions.